il y a : il y a 4 semaines  (19/10/2019)   Ι   affichage: 86   Ι   Commentaires:0


Enseigne au siège de la Banque Mondiale/ ©Photo BM

Enseigne au siège de la Banque Mondiale/ ©Photo BM


Suspendue à la décision du Conseil d'administration de la Banque mondiale, cette mesure va autoriser le décaissement d'un montant de 500 millions USD /An en appui à la gratuité de l’éducation de base principalement sur les salaires des enseignants, les frais de fonctionnement des écoles, et les frais de transport des enseignants.


Cette institution pourrait allouer 1 milliard USD sur deux ans pour l’éducation « Contrairement à ce qui se passe d’habitude où on met 12 mois pour préparer une opération, là, l’idée est qu’on aille beaucoup plus vite. L’opération sera présentée au Conseil d’administration quand on sera certain que les mesures de gouvernance dans le secteur de l’éducation, les questions de ressources humaines ont été correctement analysées de façon que lorsque le projet sera présenté, qu’il soit approuvé », a  indiqué Jean-Christophe Carret, Le directeur des opérations de la Banque mondiale en Rd Congo.

Pour la Banque mondiale, il est question de voler au secours de 18 millions d’élèves qui suivent les cours à l’école primaire. Et de trois millions d’autres d’enfants qui n’allaient pas à l’école parce que leurs parents devraient payer. Cette opération devra ainsi permettre à ces millions d’enfants d’aller à l’école.

soulignons que ce financement prévoit la couverture de trois principales rubriques de la prise en charge de la contrepartie de la gratuité de l’éducation de base en Rd Congo. Il s’agit respectivement : des salaires des enseignants, des frais de fonctionnement des écoles, et les frais de transport des enseignants.

« Nous sommes obligés de faire le maximum dans le cadre du partenariat que nous avons avec la RDC. Le financement d’urgence que nous sommes en train de préparer permettra d’appuyer cette politique pendant deux ans. Si l’opération est approuvée par le Conseil d’administration, cela devrait aider effectivement à accélérer la mise en œuvre de la politique du Gouvernement sur la gratuité de l’éducation de base »,a souligné Jean – Christophe Carret.


A tout prendre, les évaluations du Gouvernement prévoient 25 à 37 millions de dollars américains par mois pour financer la contrepartie de la gratuité de l’enseignement primaire. Sur l’année, cela exige un montant global de près de 500 millions de dollars américains. Ce qui correspond exactement à la hauteur du financement sollicité auprès de la Banque mondiale.

Le décaissement de cet argent au profit de la Rd Congo dans un délai raisonnable soulagerait la pression que ces dépenses contraignantes exercent sur le trésor public. Et ce, dans un contexte où le Gouvernement s’emploie à combler les déficits cumulés de 420 milliards de CDF à fin septembre 2019.

© Nakelasi/ Zoom Eco



Télécharger l'Application nakelasi:

---


Commentaire