il y a : il y a 4 semaines  (16/11/2019)   Ι   affichage: 276   Ι   Commentaires:0


les élèves devant une école catholique/©Photo drois tiers

les élèves devant une école catholique/©Photo drois tiers


Un délai de 15 jours a été accordé au gouvernement pour augmenter le salaire des enseignants en contrepartie de la levée de la grève.


a coordination des écoles conventionnées catholiques qui s'est réunie ce jeudi 14 novembre dans la soirée, à la paroisse Saint Joseph de Matonge, les enseignants et responsables des écoles pour tabler sur la grève qui sévit dans les écoles catholiques suite à la perte de pouvoir d’achat des enseignants consécutivement à la gratuité de l’enseignement décrétée depuis cette année par le président de la République.

Après avoir passé toute la situation en revue, la coordination des écoles catholiques a donné un moratoire de 15 jours au gouvernement en vue d’améliorer les salaires des enseignants. Ainsi ces derniers suspendent leur grève jusqu’à la fin de ce mois de novembre.

    « Nous demandons à l'État de payer décemment l'enseignant, parce que nous croyons que l'État a suffisamment des moyens vu le mode de vie des députés et ministres. Nous avons accepté de continuer à donner cours même si les avis étaient partagés. Mais la plupart des participants ont trouvé que pour des raisons de procédure, nous devons continuer à donner cours jusqu'à la fin du mois, c’est-à-dire nous donnons un préavis de 15 jours à l'État congolais, s'il ne nous prend pas en charge comme il faut, là nous allons déclencher une grève générale. Nous soutenons la gratuité et nous demandons aux amis qui ont déjà commencé la grève de reprendre les cours », a dit Moïse Mpinga, enseignant du lycée Bolingani au sortir de cette réunion.

Cette décision fait suite à un mouvement de grève observée depuis le lundi 13 novembre dernier dans certaines écoles primaires et lycées catholiques. À l'école primaire Bosangani, le message adressé aux élèves est clair à la fin de la journée de ce 14 novembre : « Ne revenez pas jusqu'à ce qu'on appelle vos parents ».

©Nakelasi/ ED


Télécharger l'Application nakelasi:

---


Commentaire