il y a : il y a 3 semaines  (25/11/2019)   Ι   affichage: 271   Ι   Commentaires:0


extrait de la déclaration/

extrait de la déclaration/


L'intersyndicale des enseignants de l'EPST, après évaluation, accuse le gouvernement de vouloir mettre de l'huile au feu et lui donne 48h pour régulariser leur situation faute de quoi une grève générale sera décrétée sur l'ensemble du pays.


Réunie en assemblée générale le 24 novembre 2019, après évaluation des points suivants:
- la tension sociale enregistrée au sein des établissements d'enseignement publics;
- la non signature du protocole d'accord entre le gouvernement et le banc syndical;

L'intersyndical constate avec regret :

- la non prise en compte par le gouvernement de la république des pistes des solutions idoines proposées par le banc syndical afin de contribuer à la paix sociale et de pérenniser les acquis positifs de la gratuité.

- la demacrhe du gouvernement voulant appliquer une politique de singulariser le dialogue au lieu de privilégier l'intérêt général de tous les Enseignants de tous les réseaux (catholiques, protestants, Kimbanguiste, salutiste, islamique, orthodoxe, réveil, etc.)

Ainsi, il invite donc le gouvernement à signer 

1. Le protocole d'accord qui demeure  et reste ultime levier susceptible d'atténuer les multiples malaises, tensions sociales récurrentes observées dans certains établissements public d'ici au 28/11/2019 

2. De privilégier le dialogue social inclusif avec tous les syndicats de l'EPST;


Faut de quoi, l'intersyndical serra dans l'obligation de décréter une grève générale dans tous les établissements publics sur l'ensemble de 48 provinces éducationnelles.

Conclu -t-il dans la déclaration

© Nakelasi/ ED


Télécharger l'Application nakelasi:

---


Commentaire