il y a : il y a 2 semaines  (26/11/2019)   Ι   affichage: 89   Ι   Commentaires:0


Images d'illustration / ©Photo droits tiers

Images d'illustration / ©Photo droits tiers


Chers parents si vous vous demandez pourquoi votre enfant a de meilleures notes en musique qu’en mathématiques, ou de meilleures notes en langue qu’en science, vous devez savoir qu’il n’existe pas une explication unique. Vous devez prendre en compte différents aspects, comme la méthode d’évaluation qui est utilisée, son état psychologique et la capacité cognitive de l'élève (le développement du cerveau et les différences entre les fonctions distinctes).


Il est important de prendre en compte comment est mesuré le rendement scolaire, car l’évaluation n’est pas la même en mathématiques (si le résultat de 2+2 n’est pas 4, l’évaluation ne sera pas bonne même si l’élève produit beaucoup d’efforts) qu’en musique (le professeur a plus de liberté pour évaluer ses élèves, selon ses critères subjectifs).

Que les efforts fournis par l’élève soit récompenser et se remarque dans ses notes peut influencer le point suivant.

La manière de concevoir les études influence énormément les résultats obtenus.
Un état d’esprit positif peut favoriser le rendement scolaire. Par exemple, un enfant qui est victime de bullying à l’école (s’il est victime des moqueries constantes de ses camarades) ou qu’il passe un moment difficile à cause du divorce de ses parents, ne se concentrera probablement pas suffisamment sur ses études, ce qui se traduira par de mauvaises notes. Par contre, un enfant qui est motivé pour avoir des bonnes notes et qui a une bonne résistance à la frustration adoptera des meilleures stratégies et de meilleures habitudes scolaires.

L’estime de soi et le conditionnement psychologique jouent également un rôle très important. ©
Si l’enfant pense qu’il n’est pas capable et qu’il va échouer dans ses études, il est probable qu’il abandonne les études et cesse de faire des efforts. Le fait de penser qu’il est probable que l’on échoue ou que l’on va avoir des mauvaises notes, on fait moins d’effort et le plus probable est que les prédictions pessimistes se réalisent.

Dans beaucoup d’occasions, la capacité cognitive peut être déterminante. Si vous n’avez pas besoins d’étudier pour réussir, la motivation ou la méthode d’évaluation peuvent passer au deuxième plan (même si elles ne cessent pas d’être importantes). Par contre, une bonne capacité cognitive n’implique pas forcément un bon rendement scolaire.

 Notre cerveau se développe peu à peu depuis avant notre naissance jusqu’à approximativement nos 20 ans. Nos capacités cognitives grandissent en parallèle au développement de notre cerveau. Ainsi, c’est notre cerveau qui devrait déterminer quel apprentissage nous pouvons affronter (bien que le système éducatif ne respecte que rarement cela).

 De toute évidence, chaque personne est unique et certaines personnes apprennent les choses avant d’autres (du fait que leur cerveau acquiert la capacité de le faire avant). C’est pourquoi certains problèmes peuvent apparaître comme un retard dans l’apprentissage de la lecture.

 De plus, chaque structure cérébrale a une implication différentes dans chaque fonction cognitive. Un enfant dont la partie cérébrale chargée des activités visuo-constructives (lobe pariétal de l’hémisphère droit) est plus développée aura plus de facilités pour réussir en peinture, alors qu’un enfant dont la zone du cerveau chargée des activités de calculs (lobe pariétal de l’hémisphère gauche) aura plus de facilité en mathématiques. Ces différences dans le développement peuvent dépendre de nos différences génétiques ainsi que de la façon dont notre cerveau est stimulé pendant son développement et tout au long de notre vie.

Donc chers parents, veillez aider vos enfants à faire des bons résultats et contactez Nakelasi pour un suivie psychologique.

© Nakelasi/Nera Kanyinda



Télécharger l'Application nakelasi:

---


Commentaire