il y a : il y a une semaine  (02/12/2019)   Ι   affichage: 265   Ι   Commentaires:0


SECOPE - Images d'illustration/ ©Photo droits tiers

SECOPE - Images d'illustration/ ©Photo droits tiers


Les membres de la commission chargée d’identifier les enseignants non payés et nouvelles unités dans la province du Sud-Kivu dénoncent le comportement de certains conseillers au ministère de l’Enseignement Primaire Secondaire et Technique et d’autres du SECOPE qui ne voudraient pas que ce processus puisse réussir.


Selon l’un des membres de cette commission et secrétaire du Syndicat des Enseignant Catholiques au Sud-Kivu Jacques Cirimwami, ces agents feraient partie d’une équipe bien préparée pour faire échouer ce processus et, par ricochet, la gratuité de l’enseignement.

Il précise que ces agents sont en train de livrer de fausses informations aux enseignants afin de les décourager à ne pas aller se faire enregistrer sous prétexte qu’ils ne bénéficieront d’aucun avantage.

Jacques Cirimwami appelle tous les enseignants à ne pas céder aux manipulations des politiciens qui tentent de faire échouer la vision de la gratuité telle que prônée par le Président de la République mais de se faire tous enregistrer pour bénéficier de la paie à partir de janvier prochain.

« Nous avons déjà enregistré plus de 10 000 enseignants non payés et nouvelles unités. Le processus se poursuit bien et nous sommes en train de vérifier d’abord si les écoles sont en règle avant d’identifier les enseignants. Parce que si on découvre que les écoles ne sont pas reconnues par l’Etat, nous ne prenons pas en compte. Ce que nous regrettons c’est le comportement de certaines personnes qui travaillent pour que la vision de la gratuité de l’enseignement échoue. Alors que dans plus de quatre réunions que nous avons tenues avec le Gouverneur de province nous avons décidé d’identifier tous les enseignants, ces personnes-là sont en train de sensibiliser les enseignants de l’école primaire à ne pas aller se faire enregistrer. Certains agents, de surcroit, chefs d’antennes du SECOPE dans plusieurs endroits sont impliqués dans cette affaire. Aussi des conseillers du Ministre l’EPST et certains proches du gouverneur sont aussi impliqués dans cette pratique. Nous on peut pas accepter cela », insiste Jacques Cirimwami.

En réaction, le Directeur Provincial du Service de Contrôle et de la Paie des Enseignants SECOPE/Sud-Kivu Jeannot Kumbi rejette ces allégations et assure qu’il n’est même pas au courant du travail que cette commission exécute sur le terrain.

Il précise qu’il était en mission à Kinshasa lors de la création de cette commission et rassure que ni lui ni ses agents, personne ne peut s’opposer à une décision prise par la hiérarchie pour le bien des enseignants.

©Nakelasi


Télécharger l'Application nakelasi:

---


Commentaire