il y a : il y a 12 mois  (07/11/2018)   Ι   affichage: 576   Ι   Commentaires:0


Les élèves dans la classe/ ©Photo droits tiers

Les élèves dans la classe/ ©Photo droits tiers


Plusieurs parents de la ville de Kinshasa affirment qu’ils sont agacés par la multiplicité des frais qu’ils sont tenus de payer pour leurs enfants, à quelques jours de la fin de la première période de l’année scolaire 2018-2019.


Frais scolaires proprement dits, frais administratifs, frais techniques, frais de l’Etat communément appelés « frais Kimbuta », cours supplémentaires et achats des syllabus obligatoires, la hauteur de tous ces frais et leur nomenclature diffèrent d’un établissement à un autre. L’une des plaintes des parents, c’est la majoration chaque année des frais scolaires. « J’ai des enfants dans différentes écoles, dans différents lycées, et au fil des années, les frais relatifs aux contributions des parents grimpent » se plaint un parent. Et à ces frais toujours grimpants s’ajoutent les frais connexes et les cours supplémentaires, mais aussi les frais « légaux ». « En 6e primaire, il y a trop de frais connexes. Frais pour le TENAFEP, il y a les frais pour tel ou tel autre. Non c’est compliqué. Et ajouté à cela, les cours supplémentaires pour lesquels il faut payer absolument. Il y a aussi d’autres frais, les frais légaux, communément appelés « frais Kimbuta ».

 Ça varie selon les écoles. Finalement, je ne sais pas pourquoi appeler ça « frais légaux ». Si ces frais sont effectivement légaux, ils devraient être uniformes pour toutes les écoles. Vraiment c’est pratiquement un casse-tête », dénonce un autre parent. Certaines écoles font cependant exception, selon d’autres parents. « Moi mes enfants étudient au Collège Boboto. Tous les frais sont incorporés et payés en trois tranches.

A part ces frais-là, on ne demande rien », témoigne un parent. En plus de tous ces problèmes, d’autres parents ont aussi dénoncé l’achat obligatoire des uniformes et d’autres objets classiques à l’école.

©Nakelasi


Télécharger l'Application nakelasi:

---


Commentaire