il y a : il y a 2 d'années  (26/03/2019)   Ι   affichage: 750   Ι   Commentaires:0


Une élève entrain de prendre note /© Photo Lacroix

Une élève entrain de prendre note /© Photo Lacroix


Trouver sa voie, ça n’est pas trouver le métier que l’on fera toute sa vie. C’est trouver ce que l’on désire être et faire à un moment donné de notre vie. Cela évolue avec le temps. Plusieurs activités professionnelles peuvent nous convenir et nous faisons aujourd’hui plusieurs métiers dans notre vie, à de rares exceptions près.


Vous pouvez aider vos enfants à trouver leur voie pour la vie
En tant qu’éducateurs, vous êtes théoriquement les mieux placés pour guider vos enfants dans cette quête.

Étape 1 : Posez-vous les bonnes questions

Si vous souhaitez accompagner votre enfant dans cette quête, vous devez vous poser deux questions :

Quel est mon objectif ?

Votre objectif peut être formulé de différentes façons : 
·       je souhaite qu’il soit épanoui
·       je souhaite qu’il réussisse socialement
·       je souhaite qu’il gagne pas mal d’argent
·       je souhaite qu’il trouve un emploi rapidement
·       je souhaite qu’il soit indépendant et autonome
·       je souhaite tout cela à la fois·       …

Si vous voulez l’aider à trouver sa voie, c’est probablement que vous souhaitez qu’il puisse s’épanouir dans son futur professionnel et dans sa vie.Aujourd’hui, dans notre société et pour un nombre grandissant de personnes, la notion de réussite est associée à celle d’épanouissement. L’argent et le statut ne sont plus ou pas les seuls critères de réussite.Réussir consiste de plus en plus à être épanoui dans et par son activité professionnelle, à aimer ce que l’on fait et à y trouver du sens.Le réalisme pousse malgré tout à rechercher une voie dans laquelle il y a potentiellement des débouchés, donc de l’emploi, et une activité avec laquelle votre enfant pourra gagner sa vie et s’émanciper.Trouver sa voie, c’est d’abord et avant tout trouver ce pour quoi on est fait, au-delà des considérations liées à l’emploi et à l’argent. Car quand on a trouvé ce pour quoi on est fait, on a de la motivation à revendre, et on est davantage apte à faire face à tous les obstacles.On peut réussir là ou d’autres ont échoué.

Quel est mon rôle ?

Vous êtes un(e) accompagnateur (trice). Tout comme vous l’avez accompagné dans ses premiers pas, dans son apprentissage de la propreté etc., vous avez toute légitimité pour l’accompagner dans son parcours d’orientation.Mais attention, accompagner n’est pas synonyme de « faire à sa place ». Vous ne lui rendriez pas service. Votre rôle est plutôt de lui montrer comment faire pour qu’il trouve sa voie.Guider, encourager, dialoguer, tel est votre rôle. Ne rien imposer. Votre enfant est une personne à part entière, qui ne vous appartient pas et qui doit suivre son propre chemin, même si ce n’est pas celui auquel vous aviez pensé pour lui.A présent vous êtes au clair avec votre objectif qui est de guider votre enfant vers son propre accomplissement.

Étape 2 : Observez votre enfant pour l’aider à trouver sa voie

L’orientation ne commence pas au berceau mais presque ! Bien avant le collège des centres d’intérêt naissent, des prédispositions ou talents peuvent se révéler, des rêves s’exprimer. Ce n’est pas à négliger. C’est peut-être en partant de là qu’il va trouver sa voie.S’il est déjà adolescent, repensez à lui depuis son plus jeune âge et notez dans un carnet tout ce qu’il y a de significatif :

·       
Quels étaient ses rêves d’enfant ?
·       Quels étaient ses passions, ses centres d’intérêt ?
·       Quels talents ou habiletés particulières avez-vous perçus ?Remontez dans vos souvenirs et posez-vous ces mêmes questions ensuite pour le présent.Aujourd’hui, qu’en est-il ? Cela va servir de base au travail de réflexivité qu’il devra faire par la suite (voir ci-dessous).

Étape 3 : Poussez-le à explorer le monde au maximum

On ne peut pas trouver sa voie en restant cloîtré chez soi ou en passant son temps devant la télé quand on n’est pas à l’école. C’est en multipliant les expériences, les échanges, c’est en s’ouvrant au monde et à ses infinies richesses. En étant curieux. En étant éveillé au monde.Par conséquent, il est très important d’encourager votre enfant à explorer, à poser des questions (naturellement les petits enfants sont curieux, faites en sorte que cela ne change pas), à aller chercher les réponses à leurs questions de toutes les façons possibles (Internet, les rencontres, vous-mêmes etc.). Explorer le monde, c’est voyager, lire, rencontrer des gens, dialoguer, faire des activités extrascolaires, s’engager et j’en passe. 

Focus sur le monde professionnel

Avec lui, prenez l’habitude d’explorer le monde professionnel le plus tôt possible. Par exemple, expliquez-lui en quoi consiste votre travail, emmenez-le avec vous si c’est possible, faites la même chose avec d’autres membres de la famille. Encouragez-le à échanger aussi avec le boulanger, le boucher ou les commerçants de votre quartier et de votre ville.Vous pouvez aussi mettre en place cette routine : 1 à 3 fois par semaine dès la 6ème, allez voir des vidéos métiers courtes (environ 3 mn) sur le site « lesmetiers.net ».Afin qu’il engrange petit à petit une culture des activités professionnelles existantes. Intéressez-vous à tous les métiers sans préjugés. De cette exploration, peut naître une vocation. 

A noter

Le monde du travail et de l’entreprise vus par nos yeux a beaucoup d’influence sur nos enfants. Prenez conscience de l’image que vous véhiculez. Un enfant baigné dans un discours négatif a plus de chances d’avoir peur de l’avenir et du monde du travail. Il aura peut-être alors de grandes difficultés lui-même pour y entrer et y rester.

Étape 4 : Apprenez-lui la réflexivité

La réflexivité est la capacité à l’introspection, c’est-à-dire à se poser des questions sur soi-même, à chercher à percevoir qui l’on est ou encore à devenir conscient de soi-même.Pour trouver sa voie, il faut être en capacité de se situer, à un instant T de son histoire : qui je suis, qu’est-ce que je veux être et faire ? Apprendre à se connaître. Vous pouvez l’aider, déjà en lui faisant prendre conscience que cette exploration de lui-même est une étape indispensable dans son parcours d’orientation.Comment faire pour lui apprendre à se connaître ? Je réalise en ce moment une série d’articles consacrés à ce sujet dans lesquels vous trouverez des exercices à faire ensemble..Vous avez l’impression de ne pas vous connaître vous-même ? Dans ce cas,  faites les mêmes exercices ! L’exemple en matière d’éducation est encore la meilleure des recettes !Donc ce que vous lui demandez de faire, faites-le aussi ! ;-)

Étape 5 : Apprenez-lui à faire des choix

Je vous disais ci-dessus qu’il fallait être dans un état d’ouverture au monde. Il va, dans ce parcours d’orientation, avoir à faire un certain nombre de choix. On peut apprendre à faire des choix. Vous pouvez commencer par lui proposer de faire des choix dans la vie quotidienne sans trop d’enjeux puis en augmentant les enjeux pas à pas. C’est aussi le chemin par lequel il devient de plus en plus autonome.Il me semble qu’il y a deux façons de faire des choix : en faisant appel à notre rationalité (j’analyse, je soupèse le pour et le contre, etc.) et en laissant notre cœur et notre intuition nous « parler ».Le Larousse donne cette définition de l’intuition : connaissance directe, immédiate de la vérité, sans recours au raisonnement, à l’expérience.Enseignez à vos enfants à écouter leur cœur (leurs émotions, leur ressenti) et leur intuition (leur voie intérieure) pour faire des choix.Parfois, le mental (celui qui projette, anticipe, analyse, décortique, dissèque, etc.) n’est pas notre meilleur allié pour prendre des décisions. On a parfois l’impression de tourner en rond pendant des heures, des jours et la réponse à la question « qu’est-ce-que je fais ? » n’est toujours pas évidente. C’est parce que nous ne  sommes pas reliés à notre cœur et à notre intuition. Les choix qui naissent de l’intuition et du cœur sont toujours, à mon sens, les meilleurs et les plus authentiques.Si vous souhaitez en savoir plus sur l’intuition, sur la façon de faire des choix, de nombreux sites de développement personnel devraient vous y aider, à commencer par celui de Mathieu (note complémentaire de Mathieu : 

Étape 6 : Apprenez-lui à être positif

Il faut être confiant pour réussir son parcours d’orientation. Pour trouver sa voie. Et parfois, devoir sortir des sentiers battus. Explorer le monde. Faire face aux obstacles. Sans confiance en lui et sans espérance en l’avenir, votre enfant ne peut que connaître des difficultés.C’est pourquoi la chose la plus essentielle en tant que parents est de veiller à l’encourager, à le valoriser, à lui démontrer dès que possible qu’il a de la valeur, qu’il est capable de faire son propre bonheur, indépendamment du contexte dans lequel il vit.Cela suppose que vous-mêmes soyez positifs et confiants le plus possible.Souvenez-vous : « Ils ne savaient pas que c’était impossible alors ils l’ont fait » – Marc Twain

Étape 7 : Apprenez-lui à définir et mettre en œuvre un projet

S’il veut construire un projet d’orientation, il va devoir apprendre comment on définit un projet et comment on le met en œuvre. Ici, comme dans l’éducation au choix, il s’agit, petit à petit, de lui apprendre à mener des projets, en commençant par de petits projets dans la vie quotidienne (Ex : faire pousser des tomates sur le balcon, rédiger une carte postale de vacances pour Papi/Mamie, etc.)Jusqu’à ce qu’il en vienne à construire son projet d’orientation, dans lequel il va définir un but final, des objectifs intermédiaires, des échéances de réalisation, en tenant compte des contraintes. Au travers duquel il va apprendre à résoudre les éventuels problèmes qui vont se poser.C’est un véritable apprentissage qui lui sera utile dans la vie.


Vous l’aurez compris, accompagner son enfant au mieux dans son parcours d’orientation afin qu’il trouve sa voie, nécessite, plus que des connaissances,  avant tout une attitude, comme dans tout processus d’éducation.

© Nakelasi/ Pensée & agir


Télécharger l'Application nakelasi:

---


Commentaire