il y a : il y a 3 semaines  (08/11/2022)   Ι   affichage: 123   Ι   Commentaires:0


images d'illustration

images d'illustration


Plusieurs écoles publiques catholiques de la ville de Lubumbashi dont Twendeleye et Imara ont arrêté de dispenser les enseignements depuis ce lundi 7 novembre 2022.


Étonné de cet arrêt de travail, Kadi Ilunga, président syndical des écoles publiques catholiques de Lubumbashi, a indiqué à 7SUR7.CD que ce mouvement n'a pas été amorcé par eux.

Il précise qu'après avoir rencontré les concernés, ces derniers les accusent de trahison et de voir le gouvernement congolais ne pas payer le deuxième palier de 30 pourcents comme prévu lors de récentes assises.

"Nous étions avec eux, les enseignants tout à l'heure là. Effectivement, il y a un petit remord. Premièrement, ils se disent trahis par nous les syndicats parce que nous leur avons dit que le gouvernement a pris la décision de majorer les salaires, le deuxième palier de 30%, ce qui n'a pas été fait. Bon, ils nous accusent aussi de ne pas avoir convoqué l'Assemblée générale pour leur présenter la situation et comment justifier cette volte-face du gouvernement", a-t-il déclaré au téléphone de 7SUR7.CD.


Par ailleurs, ce syndicat des enseignants ajoute que le corps professoral des écoles publiques catholiques fustige aussi l'immixtion de certains membres des partis politiques au pouvoir dans la prise des décisions administratives de ces écoles. D'où, a-t-il poursuivi, ce comportement observé dans le chef des enseignants.

"Mais aussi il y a de petits problèmes sur le terrain où certains membres des partis politiques vont les tracasser dans l'administration scolaire et nous venons de calmer la situation et peut-être ils vont reprendre l'école demain. Il y a eu les écoles primaires Twendeleye et Imara. Mais à Imara, des enseignants ont avancé une autre raison, c'est pour être en solidarité avec 4 enseignants suspendus. La situation s'est aussi observée dans d'autres écoles publiques catholiques de Lubumbashi avec cette non observance des enseignements", a-t-il expliqué.


Le syndicat national des écoles publiques catholiques de Lubumbashi précise qu'il ne sait pas quoi faire car le gouvernement qui a pris des directives à Mbwela au Kongo-Central, n'a toujours pas mis en pratique ses engagements. Kadi Ilunga souligne qu'ils ne peuvent pas convoquer l'Assemblée générale puisque le gouvernement n'a pas encore réalisé ses engagements. Il appelle tout de même les enseignants à reprendre les enseignements au profit des élèves des écoles primaires.

Nakelasi/ 7sur7/ Patient Lukusa, à Lubumbashi


Télécharger l'Application nakelasi:

---


Commentaire