il y a : il y a 2 mois  (12/10/2020)   Ι   affichage: 223   Ι   Commentaires:0


Image d'illustration/ ©Photo droits tiers

Image d'illustration/ ©Photo droits tiers


Ce lundi 12 octobre, les élèves ont repris le chemin de l’école sur toute l’étendue de la République. Dans la ville de Béni, plusieurs localités du territoire n'ont pas repris à cause de l'insécurité. Si dans certaines écoles, les élèves n’ont pas été présents, dans d’autres ce sont plutôt les salles de classe qui ont été  inaccessibles parce que occupées par les déplacés ayant fui les attaques des ADF.


Dans la ville de Beni, la première journée a été consacrée à la réinscription et la vérification des résultats de l’année dernière pour les apprenants de la septième. Les élèves du degré terminal eux, ont tous repris presque dans toutes les écoles que Radio Okapi a visitées.Ils étaient nombreux, les parents d’élèves dans les différentes écoles de la ville ce lundi, premier jour de la rentrée scolaire.

Les uns y sont allés pour faire le constat des résultats de leurs enfants inscrits dans les classes montantes, d’autres pour la réinscription des nouveaux apprenants de la septième année. A l’institut de Beni, une école officielle, seulement une trentaine de parents a pu inscrire leurs enfants la semaine passée. Ce qui est à la base de cette présence massive des parents ce lundi, a fait savoir Paluku Mulumbira, préfet de cette école.Si les cours ont commencé déjà dans toutes les écoles secondaires de Beni, au Lycée Mwandu, une école conventionnée catholique, les cours commencent ce mardi.

Cette première journée a été consacrée au fignolage du programme.Dans toutes les écoles visitées ce lundi, les points de lavage des mains sont visibles, alors que le port de cache-nez y est encore facultatif.Les quelques rares qui en ont, sont les nouveaux venus des écoles primaires inscrits en septième année. Cette question sera discutée au courant de la semaine, a fait savoir Paluku Francois Xavier, préfet de l’institut Bungulu Beni.

L'insécurité empêche par contre, dans la localité de Mbau, chef-lieu du secteur de Beni-Mbau les quatre écoles secondaires et trois écoles primaires ont ouvert leurs portes, mais sans la présence des élèves.Selon des sources admiratives locales, plusieurs élèves ont déjà fui la zone à cause des attaques récurrentes attribuées aux ADF ces dernières semaines. D’après la même source, c’est ce jour de la rentrée scolaire que certains parents de Mbau ont commencé a inscrire leurs enfants.Dans le secteur de Rwenzori, une zone touchée également par les attaques ADF, plusieurs élèves se sont présentés dans différentes écoles, mais ils n’ont pas eu accès aux salles de classes car elles sont occupées par les déplacés.C’est le cas de huit écoles primaires et secondaires de Kikura, Kahando et Kasangali.

A Mutwanga, chef-lieu du secteur de Rwenzori, une tentative de soulèvement des déplacés pygmées cantonnés à l’école primaire Mupasa a été signalées. Ces peronnes ont refusé de libérer les salles de classe pour permettre aux élèves de reprendre les cours.

©Nakelasi/ R. Okapi


Télécharger l'Application nakelasi:

---


Commentaire