il y a : il y a 11 mois  (07/12/2019)   Ι   affichage: 721   Ι   Commentaires:0


les élèves de l'école Elite après formation/ ©Photo Monusco

les élèves de l'école Elite après formation/ ©Photo Monusco


Au Sud-Kivu, les élèves du C.S Elite ont été sensibilisé dans le cadre de 16 jours d’activisme par l'ONG youth care avec l’implication de la MONUSCO à travers la section UNPOL sur les violences faites aux femmes et tout autre forme de discrimination basée sur le genre.


"La motivation de cette sensibilisation est d’appeler les élèves à prendre conscience et savoir que le viol existe, ceci pour qu’ils puissent eux-mêmes combattre pour mettre fin à cette pratique" déclare Darar Abdourahman Omar, Adjoint au chef des opérations de la Police Monusco de Bukavu. 

À cette occasion, l’ UNPOL Asseu Coble a profité pour montrer aux élèves, les différentes formes de viol avant de les relever qu’il existe des lois portant protection de mineurs et celles portant sur les violences sexuelles.

« Nous sommes venus vous rappeler de vos droits et vous amener à prendre la décision de ne jamais se laisser violer par qui que ce soit. Il y a ceux qui sont violés par leurs oncles, enseignants, etc. En connaissant ces différentes formes de viol, vous saurez vous protéger et dénoncer tout celui qui voudra abuser de vous dans ce sens… », a dit l’UNPOL Asseu.

Après cette sensibilisation, certains kits scolaires dont les dictionnaires, des livres, les outils de jeux pour les enfants de l’école maternelle ont été remis au directeur, après que la coordinatrice provinciale de Youth Care, Jessica Bazibuhe aie souligné que cette activité vis également à lutter contre les discriminations faites à l’égard de la jeune fille.

Dans son mot de circonstance, le directeur de cette école a remercié cette équipe et a rassuré à ses nouveaux partenaires (UNPOL/Monusco et Youth Care) que la matière donnée à ses élèves leurs aidera à vulgariser les lois portant protection des mineurs et sur les violences sexuelles.

© Nakelasi/ED 


Télécharger l'Application nakelasi:

---


Commentaire