il y a : il y a 11 mois  (13/11/2019)   Ι   affichage: 1.69K   Ι   Commentaires:0


CS sacrée coeur - illustration / ©Photo droits tiers

CS sacrée coeur - illustration / ©Photo droits tiers


Une belle petite fille de 14 ans aurait été abusée sexuellement par douze garçons de son école puis filmée et diffusée à travers les réseaux sociaux.


Tous élèves de l’école Sacré-Coeur, ex-école Belge au ciné-palace à Matadi; dans la journée du 30 octobre, dans une maison de ciné-palace, au quartier ville-haute, nous avons rencontré le père et l’oncle de la victime. Perdu, avec un regard plein de désespoir, le papa de la fille raconte: « Je ne dors plus, je mange difficilement. On a abusé de ma fille », avec une voix triste;  « C’est un cauchemar », ajoute son oncle très abattu .

Ce qui s’est passé le 30 octobre

La scène se déroule le 30 octobre dernier avant que les élèves du Sacré-Coeur aillent en détente. Les enseignants de cette école de renom livrent une partie de football avec leurs élèves. La rencontre finie à 12 heures, c’est la fête à l’école. C’est alors que douze garçons de cette école drainent la fille dans la maison d’une famille bien connue à Matadi, vers le rond-point Londe. Certains sont des enfants des hautes autorités de la province.  »Ils l’ont droguée en dissimulant du whisky dans une cannette de jus », explique l’oncle en montrant la vidéo filmé en 3 séquences distinctes.

« Nous ne savions rien. C’est depuis l’Europe qu’une de nos filles nous les a envoyées le jeudi passée. Dans la ville, ces vidéos font boule de neige; Une voisine nous les a aussi apportées », affirme l’oncle.

« La famille réclame la justice »

Le jour du drame la fille est rentrée à 17 heures à la maison. Quand les parents lui ont demandé, le 7 novembre, ce qui s’est passé, elle ne se souvenait de rien. Mais quand elle a vu les vidéos, elle a commencé à se mutiler puis conduite à l’hôpital. Son oncle informe que trois de ces enfants sont interpellés au parquet général. D’autres sont recherchés.

?La mère de la victime, elle n’est jamais sortie de la maison ni ouvert sa bouche durant l’entretien, Le papa lui est venu à la fin de l’entretien pour transmettre son message: « le rapport médical démontre qu’il y a eu rapports sexuels ». Elle est sous antibiotiques à cause des infections. Cette femme ne quitte plus son salon depuis qu’elle a appris la nouvelle.  »Nous voulons que justice soit rendue », exige son père.?

La famille bénéficie du soutient de l’association des femmes juristes congolaises (Afejuco).

© Nakelasi/ infobascongo




Télécharger l'Application nakelasi:

---


Commentaire