il y a : il y a 2 mois  (07/03/2021)   Ι   affichage: 1.46K   Ι   Commentaires:0


Willy Bakonga, ministre d'Etat, ministre de l'EPST - Images d'illustration

Willy Bakonga, ministre d'Etat, ministre de l'EPST - Images d'illustration


Cité à tort ou à raison dans le rapport de l’IGF sur le détournement à l’EPST, Willy Bakonga invité à la barre en tant que renseignant. Son Excellence Monsieur le Ministre intervient pour éclairer la cour sur les différentes procédures et chaines décisionnaires au sein de l’EPST.


Le rapport de l’IGF mentionne un détournement de trois différentes sommes. Il s’agit du détournement de 560.400.000 FC et de 348.657.35 FC au cours de l’année 2019 ainsi que de 11.727.178.453 Fc en 2020. Ces griefs sont retenus à charge de L’inspecteur général de l’EPST, Djamba Michel et Delon Kambay, Directeur général de SECOPE.

Une situation qui, selon les experts, vient ralentir le financement par la Banque Mondiale de la somme de 800 Millions en faveur de la gratuité de l’enseignement, car au delà de tous ces griefs ci-haut cités, il est reproché également au Directeur des SECOPE d’entretenir les listes des enseignants fictifs, écoles fictives et un pléthore des personnels non enseignants au détriment des enseignants qui eux sont les premiers bénéficiaires de ce financement.

Les Rôles de chacun
Inspection Générale:
D’après l’organisation dans le secteur de l’Enseignement Primaire Secondaire et Technique, l’inspection Générale de l’enseignement a pour rôle de veiller à la qualité, aux normes et procédures pédagogiques telles qu'exigées par la tutelle, d’organiser les épreuves d’examens nationaux (ndlr: TENAFEP, EXETAT) et s’assurer de son bon déroulement sur toute l’étendue du territoire national. A cette occasion, comme  lors des épreuves nationales de fin d’année scolaire, un budget est alloué pour les personnels pédagogiques, les inspecteurs et autres superviseurs qui sont déployés dans toutes les écoles du pays. Ces frais constituent la motivation de l’équipe déployée sur terrain.

SECOPE: 
Ce service qui a la charge de l’identification et paye des enseignants est la direction habilitée, la seule, à payer ou non les enseignants. Il constitue aussi l’organe technique du ministère pour évaluer le nombre d'enseignants actifs, d'écoles actives ayant des vrais arrêtés. Aucune autre Direction ne peut manipuler l’argent des enseignants, les frais de fonctionnement des écoles publiques ayant des vrais arrêtés. Cette direction fonctionne, comme avec l’inspection Général de l’Enseignement, sous la direction du Ministre de l’EPST qui reste l’autorité politico-administrative de ce secteur qui dicte la politique et donne des orientations; mais ne travaille encore moins effectue certaines taches en lieu et place des directions et services ci-haut cités.

Pourquoi Bakonga intervient en tant que renseignant ?

En tant que Ministre, ordonnateur principal des activités de l’EPST, le Ministre Bakonga est une personne ressource dans l’éclairage de la cour sur le fonctionnement du secteur de l’EPST, l’échelle décisionnaire et l’autonomie de chaque sous secteur de l’EPST. Ces informations sont cruciales car, elles établiront la procédure sur base de laquelle la partie civile va s’appuyer pour en ressortir les anomalies existantes. La responsabilité du Ministre Bakonga est donc au niveau du fait qu’il soit le principal ordonnateur des activités et dépenses du secteur de l’EPST; à ce titre, rien ne pouvait se déclencher comme procédure, sans qu’il ne soit au courant et qu'il ait donné son Go.

Donc sa responsabilité dans l'affaire de détournement n’est pas encore établie car, quoique ordonnateur, l’Inspection Générale et le SECOPE fonctionnent en autonomie. Une fois les fonds leur alloués selon la politique de l’EPST, leur utilisation réleve de l’autorité de direction (SEOCPE et/ou Inspection Générale).

Rappelons que ce procès avait été exigé par toutes les parties prenantes du secteur de l’EPST: l’Etat congolais lui-même était le premier à diligenter une enquête, les ONG et associations des parents, les enseignants et partenaires d’appui au secteur de l’enseignement afin que la lumière soit faite pour tous. Même si les déclarations de l’IGF ont été incendiaires au point d’installer la réserve auprès de la Banque Mondiale pour son soutien à la gratuité; elles auront quand même été d’une importance capitale car, de ce procès, l’opinion apprend des vérités qui pourront sauver la gratuité de l'enseignement.

Fini les s
upputations, place à la justice pour un procès équitable !

©Nakelasi


Télécharger l'Application nakelasi:

---


Commentaire