il y a : il y a 8 mois  (30/06/2020)   Ι   affichage: 1.57K   Ι   Commentaires:0


Le Chef de l'Etat de la République Démocratique du Congo, Felix Tshisekedi/©Photo presse Présidentielle

Le Chef de l'Etat de la République Démocratique du Congo, Felix Tshisekedi/©Photo presse Présidentielle


Dans son discours à la nation à l’occasion de la commémoration de soixante ans de l’indépendance, le Chef de l’état a, dans la rubrique politique générale, évoqué la possibilité pour les années à venir au Gouvernement de faire recours à l’assiette fiscale en vue de soutenir la gratuité de l’enseignement.


Le Congo étant l’un des derniers pays au monde où les parents payent pour l’enseignement de base de leurs enfants, la question de la gratuité était donc urgente pour le nouveau gouvernent.

Cette reforme sur la gratuité de l’enseignement a été bien accueillie chez les parents, elle a ouvert cependant plusieurs autres défis à relever par le gouvernement. La question sur la paye des enseignants, la capacité des infrastructures d'accueil et la qualité de l'enseignement s’invitent aussi à la table avec un caractère urgent. tous les aspects pris en compte, la gratuité coûte à l’état congolais plus d'un milliard de dollar par année, un défit de taille qui jusqu'à ce jour est soutenu par les partenaires de la RDC (ndlr: FMI et Banque Mondiale); pour les années à venir le Chef de l’Etat propose de recourir à l’assiette fiscale pour assurer la pérennité de cette gratuité car la RDC ne sera jamais assisté éternellement.

« Depuis que nous avons lancé cette grande reforme pour la gratuité, 2,5 millions d'enfants supplémentaires ont pu retrouver le chemin de l'école. Cependant, cet engouement salutaire met en exergue des autres défis importants que nous devons relever: celui des infrastructures d'accueil et celui de la qualité de l'enseignement. Quelles qu'en soient les difficultés, nous sommes sur la bonne voie et nous restons  déterminés.

Nous pouvons nous réjouir de bénéficier du concours sans précédent de la solidarité internationale pour la prise en charge de cette reforme dont le coût est supérieur à 1 milliard de dollars par an.

Mais il nous faudra davantage mobiliser nos ressources internes à travers l'impôt, pour soutenir à long terme l'éducation de nos enfants. il s'agit d'une responsabilité collective et prioritaire, qui doit interpeller chaque citoyen."

extrait du discours du Chef de l'Etat à la nation sur la célébration du 60 ans de l'indépendance ce 30 juin 2020.


©Nakelasi/ED


Télécharger l'Application nakelasi:

---


Commentaire