il y a : il y a 3 mois  (30/08/2019)   Ι   affichage: 284   Ι   Commentaires:0


Willy Bakonga - Nouveau Ministre de l'EPSP/ Photo droits tiers

Willy Bakonga - Nouveau Ministre de l'EPSP/ Photo droits tiers


Connu sous plusieurs casquettes avec un parcours élogieux dans la sphère politique et le milieu éducatif congolais, le nouveau ministre de l'Enseignement Primaire Secondaire et Professionnel Willy Bakonga est l'homme qui faut pour le redressement du système éducatif du pays de Kimpa vita et Lumumba, l'homme n'est pas nouveau dans cet environnement.


Promoteur de « Madame le Sévigné » l'une des écoles célèbres de la Capitale Congolaise, sa gestion, ses infrastructures, et son apport dans la modernisation de l'enseignement en RDC en mettant l'élève au centre de sa formation est l'une des innovations du ministère Bakonga dans ce secteur important pour le développement d'une nation. 

Ancien Ministre des sports, Secrétaire Permanent Adjoint du Parti du Peuple pour la Reconstruction et la Démocratie, son avènement à la tête de ce ministère est un choix judicieux à deux niveaux, d’abord de la confiance place en lui par l’autorité morale du Front Commun pour le Congo et surtout le choix du chef de l'Etat Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo.

Sa rigueur sans concurrence, sa passion de former, éduquer, fait de Willy Bakonga, l'homme qu'il faut à la tête du secteur de l’enseignement, l'un des piliers du programme d’action de du Président Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo avec la gratuité de l'enseignement qui sera effective dès ce 02 septembre 2019. 

Avec l'instauration de la gratuité de l’éducation de base, le nouveau patron de l'EPSP Willy Bakonga aura à relever multiples défis tels que la paie des enseignants, la qualité de formation, la réforme sur l’appellation des classes pour ne citer que cela.  

Le choix de Bakonga démontre à suffisance la confiance accordée à sa capacité de conduire ces chantiers pour des solutions durables à la taille du Grand Congo.

© Nakelasi/ Gaetan Magalano


Télécharger l'Application nakelasi:

---


Commentaire