il y a : il y a 2 d'années  (13/04/2019)   Ι   affichage: 698   Ι   Commentaires:0


Une écolière de République Démocratique du Congo écrivant sur un tableau noir / ©Photo UnicefRDC

Une écolière de République Démocratique du Congo écrivant sur un tableau noir / ©Photo UnicefRDC


Une étude apporte des éléments précisant qu'à sept ans, les enfants qui ne se couchent pas à des horaires réguliers ont des performances cognitives inférieures aux autres en lecture, en maths ; donc sont moins performants


Une étude menée par des chercheurs britanniques prouve que les enfants de sept ans qui n'étaient pas habitués à aller au lit tôt et à heure fixe quotidiennement, obtenaient de moins bons scores aux tests de lecture, de mathématiques ou d'aptitude de repérage dans l'espace. Une nouvelle preuve que le sommeil affecte les capacités cognitives.Selon cette étude, modifier l'heure du coucher pourrait interrompre ou raccourcir le temps de sommeil. En conséquence, cela perturberait dans un premier temps le rythme jour-nuit, mais entraînerait aussi une diminution de la plasticité cérébrale, ainsi qu'un déficit de la concentration. Ce qui aboutit à une baisse des capacités cognitives.

Les filles (fatiguées) moins performantes que les garçons

L'étude a porté sur 11.178 enfants âgés de 7 ans au moment de l'évaluation par des tests de lecture, de mathématiques et d'aptitude de repérage dans l'espace. Leurs parents ont été interrogés afin d'estimer la régularité des horaires de coucher de ces mêmes enfants à trois ans, cinq ans et sept ans. C'est dans la première classe d'âge que la majorité des enfants manquent de régularité pour aller au lit (19,5 %). Avec les années, les heures se fixent peu à peu, à tel point que les plus grands ne sont plus que 8,2 % à ne pas dormir à heure fixe. Les résultats aux tests montrent donc que plus longtemps le phénomène se prolonge, plus les performances s'écartent de celles des dormeurs réguliers. Autrement dit, les enfants n'ayant jamais pris l'habitude de se coucher aux mêmes heures sont moins bons en lecture, en mathématiques et pour se repérer dans l'espace que ceux n'ayant vécu cela qu'à l'âge de trois ans, eux-mêmes étant déjà un peu moins performants que ceux allant au lit à heure fixe.Étrangement, les filles semblent encore plus sensibles à cette irrégularité que les garçons, leurs évaluations chutant plus fortement.


Se coucher tôt et à heure fixe : l’une des clés

Comment interpréter ces résultats ? Une première analyse, pertinente, pourrait consister à établir un lien avec le milieu social et l'environnement familial. En effet, ce type de facteur est souvent influent, et pourrait être le reflet de l'organisation des règles du sommeil dans la cellule familiale. Pour éviter ce biais, les auteurs ont essayé de l'éliminer.Mais rien n'y change : indépendamment du statut professionnel des parents, du temps consacré aux enfants, de leurs activités de loisirs ou de la durée passée devant la télé (entre autres paramètres), les performances aux tests demeurent inférieures. 

La régularité du sommeil semble donc un élément clé.

 Ainsi, il semble donc qu'un environnement routinier puisse être positif pour le développement de l'enfant. Du moins, lui assurer un sommeil régulier et complet l'aide à exploiter au mieux ses capacités cognitives. Ces résultats concordent avec les études qui montrent que les meilleurs élèves à l'école sont souvent ceux qui bénéficient de longs temps de sommeil.

© Nakelasi 


Télécharger l'Application nakelasi:

---


Commentaire