il y a : il y a une année  (15/08/2019)   Ι   affichage: 781   Ι   Commentaires:0


Marcel Niongo, Président de l'intersyndical des enseignants/ ©Photo Nakelasi

Marcel Niongo, Président de l'intersyndical des enseignants/ ©Photo Nakelasi


A travers une interview accordée exclusivement à la rédaction ce mercredi 14 août, le président de l'intersyndical des syndicats de l'EPSP estime que la gratuité de l'enseignement primaire pour cette année 2019 - 2020 est possible mais à une certaine condition entre autre en réglant une série des préalables qui s'imposent.


nous reconnaissons que La constitution dit que "l'enseignement est obligatoire et gratuit." a déclaré le président de l'intersyndical des syndicats de l'EPSP.

En rapport à la promesse du Chef de l'État sur cette gratuité lors de sa campagne électorale, Marcel Niongo voit dans un premier temps la gratuité au niveau de l'enseignement primaire. Cette gratuité au niveau de l'école primaire revient tout d'abord au paiement de 132. 000 enseignants non payer et le paiement des nouvelles unités, la révision à la hausse des salaires des enseignants, la prise en charge des enseignants  mais aussi l'octroi des frais des fonctionnements aux écoles et la suppression de la prise en charge des enseignants par les parents.

" La prise en charge des enseignants par les parents est un fléau qui détruit le système éducatif congolais." a-t-il commenté.

"la gratuite de l'enseignement implique aussi la prise en charge de tout les frais par le gouvernement. les parents ne supportent que ce que l'enfant à besoin." a ajouté Marcel Niongo.

Par ailleurs, le président de l'intersyndical des syndicats de l'EPSP fustige le comportement de l'autorité urbaine de Kinshasa appelant  à travers un décret les parents des élèves à verser une somme de 15.000fc aux écoles pour l'année scolaire 2019 - 2020.

© Nakelasi / Gaëtan Magalano


Télécharger l'Application nakelasi:

---


Commentaire